Blog: http://bub.ilcannocchiale.it

§

POLYNÉSIE ARTS ET DIVINITÉS 1760-1860
Musée du Quai Branly, Paris, du 17 juin au 14 septembre 2008
Cette exposition rassemble plus de 250 œuvres polynésiennes des XVIIIe et XIXe siècles, rarement exposées, provenant de grands musées européens : images divines étonnantes, ornements d’ivoire, parures de plumes, textiles décorés
Elle explore ainsi les îles du Pacifique au moment des premiers contacts avec les voyageurs européens, missionnaires ou colons. Les îles de Polynésie (du Grec polys et nesos : « les îles nombreuses ») commencèrent à être explorées il y a 3000 ans, par les premiers voyageurs partis vers l’Est depuis le Pacifique occidental. Au XVIIIe siècle, toute la région incluse dans le « triangle polynésien » (formé par Hawaï, l’île de Pâques/Rapa Nui et la Nouvelle-Zélande/Aotearoa) avait depuis longtemps été peuplée par les « Polynésiens », qui partagent les mêmes racines. Polynésie - Arts et divinités est l’exposition la plus complète qui ait jamais été réalisée sur l’art polynésien : c’est la première fois qu’un aussi grand nombre d’objets sont rassemblés. Ces pièces raresélaborées à partir de matériaux précieux comme plumes, ivoire, néphrite et perlesjouaient des rôles importants dans la vie culturelle et religieuse des Polynésiens, de 1760 à 1860. L’exposition explique le rôle de ces objets dans leur contexte originel, informe le visiteur sur l’histoire des collections représentées, et célèbre le raffinement créatif des peuples qui les ont produits.
Des « Rencontres dans le Pacifique » ?
Les rencontres évoquées par le titre anglais de l’exposition sont de plusieurs types. qu’ils soient allés, les Polynésiens se sont toujours adaptés à des environnements et à des matériaux différents. Ils ont également rencontré d’autres Polynésiens avec lesquels ils se sont alliés, ou en qui ils ont vu des ennemis. Des objets de valeur ont été faits et échangés dans le but d’asseoir et de maintenir d’importantes relations – entre des groupes parents, entre chefferies et entre hommes et dieux. Entre 1760 et 1860, le paysage culturel de Polynésie a changé dans ses fondements. Avant 1760, les Polynésiens entretenaient des relations régulières d’une île à l’autre. Ils ignoraient l’Europe, le métal, les armes à feu et la religion occidentale. Avec l’arrivée des premiers bateaux occidentaux, la majeure partie des îles polynésiennes ont scellé une relation de type colonial, ou précolonial, avec les puissances européennes. En moins d’un siècle, la plupart des Polynésiens subirent diverses épidémies et furent convertis à l’une ou l’autre des formes concurrentes de la religion chrétienne. Pourtant, paradoxalement, de vigoureuses identités culturelles survécurent, et s’y développèrent. Polynésie - Arts et divinités se concentre sur cette période agitée, de 1760 à 1860 : période de contact avec les officiers de la marine européenne, les membres d’équipage, les négociants, les baleiniers, les missionnaires, les voyageurs, les colons, les administrateurs et les artistes, des Européens de tout poil que la destinée a conduits jusqu’en Polynésie. Les relations avec ces visiteurs se sont faites, pour la plupart, par l’intermédiaire d’objets et de matériaux qui circulaient dans les deux sens. Si beaucoup d’objets collectés par, ou donnés à des Européens furent rapportés en Europe et en Amérique du Nord, les Polynésiens reçurent eux aussi des biens qu’ils intégrèrent à leur culture. (Commissaire: Steven HOOPER)

Pubblicato il 28/6/2008 alle 7.44 nella rubrica Diario.

Il Cannocchiale, il mondo visto dal web